15 jours de Road-Trip dans le Nord de l'Espagne

15 jours de Road-Trip dans le Nord de l'Espagne

Itinéraire Espagne Nord

Voilà notre itinéraire pour ces 15 jours de road-trip en Espagne du nord. C’était un peu rapide mais on a dû rentrer en France pour un rendez-vous « femme enceinte ». Je vais vous épargner le récit des étapes françaises et aller directement à l’essentiel : la côte nord espagnole. Pendant ce voyage itinérant nous avons traversé la Cantabrie, les Asturies, la Galice, Castilla y Leon et l’Aragon.

Je tiens quand même à dire qu’on a été agréablement surpris par notre premier dodo à Navarrenx, jolie petite bastide dans les Pyrénées-Atlantiques. Ainsi que par une pause midi à Saint Jean Pied de Port, gros point de départ du chemin de Saint Jacques de Compostelle.

Oriñón, premier arrêt dans le Nord de l'Espagne en Cantabrie

Premier arrêt en Espagne sur la côte cantabrique tout près d’Oriñón. C’est park4night qui nous dirige vers ce premier spot dodo et pas des moindres !

Falaises, falaises, et falaises ! L’endroit est bien connu. En effet, des dizaines et des dizaines de fourgons, camping-cars et autres vans sont déjà installés. Mais le lieu en vaut le détour, la montagne se jette littéralement dans la mer ici. L’eau est d’un bleu à couper le souffle. Une plage est aménagée en contrebas et des petits sentiers permettent de se balader pour admirer le paysage.

La road-trip continue dans le Nord de l'Espagne vers les Asturies !

Les Pics d'Europe et le lac Covadonga en itinérance : pas si facile...

Lors de notre précédent voyage dans le coin, on été montés jusqu’au lac Covadonga à travers un brouillard bien épais. De ce fait, on n’avait pas vraiment pu apprécier les paysages des Pics d’Europe. C’est donc tout naturellement qu’on décide d’y retourner.

Déception !
Désormais, il faut laisser le véhicule sur un parking et prendre une navette à deux euros pour aller voir cette merveille… Impossible pour nous d’abandonner les chiens dans Feliz avec une chaleur pareille.
Dommage, on y reviendra une troisième fois !

La route vers Oviedo en fourgon aménagé

La route vers Oviedo, à travers le parc national des Pics d’Europe, est superbe. Bon, on a quand même été obligés de s’arrêter suite à une surchauffe des freins. Mais on a pu boire une bière dans le petit bled de Villamorey, faut toujours boire voir le bon côté des choses !

Oviedo, c’est la capitale des Asturies. Elle compte 220 000 habitants. Son centre historique piéton n’est pas très grand, mais très joli, et peut aisément se visiter à pied.

Ses rues sont peuplées de bars à cidres, qu’on appelle chigres ou sidrerias. Il y a même le boulevard du cidre, attrape-touristes par excellence, mais on y boit un coup quand même. Ici on sert le cidre traditionnellement, c’est-à-dire bouteille au-dessus de la tête, verre à côté de la hanche. Et sans regarder ! Bon, les serveurs en foutent un peu partout, mais c’est marrant.
D’autres sidrerias plus simples (plus sympa?) se contentent de vous apporter la bouteille surmontée d’un appareil qui sert le cidre en pression, ce qui fait aussi bien le job que le serveur. Ha oui, j’oubliais, le verre servi se boit cul-sec. Si vous ne le finissez pas le serveur jettera le fond avant de vous resservir.

Si vous passez par là un jour, on vous conseille de vous arrêter manger au Gato Negro, super bon resto sidreria.

Cabo Vidio, retour sur la côte Nord de l'Espagne

Il est temps de s’échapper de la ville pour retourner sur la côte. On prend la direction du Cabo Vidio pour passer une nuit dans la nature sur les falaises. Mais c’est au cours d’une petite promenade jusqu’au phare que la météo vire à la tempête. Le retour au camion est un peu précipité, mais la vue sur l’océan en vaut quand même le coup.

La Galice, Bretagne de l'Espagne : Graal de ce road-trip

Ferrol, ville de la marine militaire et de Franco

Sur les conseils d’une ancienne collègue de boulot de Pauline, on file vers Ferrol. Charmante petite ville portuaire de Galice. C’est aussi une ville militaire avec ses arsenaux, son hôpital militaire et son chantier naval. Elle a également vu naître le général Franco.
On peut très facilement la visiter à pied, y boire un verre ou manger dans une pulperia pour y déguster des pouce-pieds, sorte de mollusques pas très ragoûtants, mais succulents.

La route des miradors vers San Adrés de Teixido

Toujours sur les conseils de la collègue de Pauline, on arpente la route des miradors. C’est une succession de points de vue superbes, mais le temps est pourri, la visibilité n’est pas terrible.

On arrive à San Andrés de Teixido, tout petit village surplombant l’océan. C’est très joli, la visite est rapide mais sympa. À tous les coins de rues des gens vendent des roscos, sorte de petits gâteaux secs avec un trou au milieu. On repartira avec un paquet pour le goûter !

La Corogne, grande ville du Nord de l'Espagne, facile en camion !

La Corogne est la ville la plus peuplée de Galice. Son centre historique est entouré par l’océan. Il est relié au continent par un isthme bordé par une très grande plage à l’Ouest et par le port à l’Est.

La Tour d’Hercule, seul phare romain au monde toujours debout, date du Ier siècle. Et il est encore en activité ! C’est sur son parking qu’on gare Feliz et qu’on passera la nuit sans problème.

La grande place de la ville médiévale, la Plaza Maria Pita, doit son nom, vous l’aurez deviné, à Maria Pita ! Cette femme est une héroïne de la ville, puisqu’à la tête d’un groupe de femme, elle aida les combattant de la Corogne à virer les Anglais qui assiégaient la ville.C’est un peu leur Jeanne d’Arc. En tout cas, elle est le symbole de la lutte féministe.

Le centre historique de la Corogne s’organise autour de cette place. Tout le tour, des petites portes donnent sur des rues pleines de pulperias, de restaurants et de bars. Le port n’est pas bien loin aussi et on peut tranquillement s’y balader.

Cabo Finisterre, kilomètre 0 du camino

Le Cap Finisterre, c’est là que s’arrête le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est aussi le point le plus à l’Ouest de l’Europe continentale. On a l’impression d’être au bout du monde, ça porte bien son nom. La vue sur l’océan est à couper le souffle. Ça vaut vraiment le détour.

Une petite promenade est aménagée pour en faire tout le tour jusqu’au phare. Il y a même un joueur de biniou qui donne une ambiance celtique à l’endroit. Quand je vous dis que c’est la Bretagne de l’Espagne.

Caldebarcos, plage sauvage de la côte Nord de l'Espagne

Toute cette mer depuis quelques jours ça nous donne envie de profiter de la plage ! Et encore une fois grâce à park4night on déniche un endroit superbe où on peut passer la journée et la nuit.

On arrive à la Praia de Insuela près de Caldebarcos. Petite place à 5 mètres de la plage, on gare Feliz et on file direct à l’eau ! Elle est super froide, océan oblige, mais c’est tellement magnifique que la température ne nous arrête pas.
L’eau est turquoise, super limpide, le sable est blanc et assez grossier. Du coup ça colle pas partout sur nous, ce qui est assez agréable. Un couché de soleil époustouflant vient clore cette super journée ! Une vraie pépite cet endroit…

Illa de Arousa, petit paradis

Si on s’est retrouvés ici, c’est un peu par hasard.
En fait, au début, on voulait aller à Saint-Jacques-de-Compostelle. Sauf que Pauline s’est réveillée pas trop dans son assiette ce matin. Sûrement un coup de froid prit hier dans l’eau ou alors un coup de chaud, sur la plage. Du coup, on décide de se faire une journée tranquille. Ce sont les aléas d’un road-trip !

Je déniche, encore une fois sur park4night (ça devient une habitude), un spot michto sur la Illa de Arousa. Un endroit bien sympa dans une pinède à deux pas de la plage.
Pauline en profite pour se reposer et moi pour bosser sur le blog. L’endroit est superbe.

Un peu calmé par la température de l’eau hier, je trempe juste les pieds dans l’océan.
Une journée de repos qui recharge bien les batteries pour repartir de plus belle.

Verin, aux portes du Portugal

Notre dernière étape en Galice, Verin est une petite ville à la limite du Portugal. Elle est traversée par le rio Tamega, c’est très verdoyant.

On passe l’après-midi sur les berges de la rivière, les chiens se baignent, c’est sympa comme tout.
Le soir, on se fait un petit resto en amoureux.
Un groupe de trois Français imbuvables arrive. Ils ne font aucun effort pour se faire comprendre et se sentent en territoire conquis. Je me demande comment on peut venir dans un trou perdu comme ça en Espagne sans avoir pris la peine d’apprendre deux trois mots…
On se fout un peu de leur gueule avec le serveur, on mange bien et on va se coucher.

Le retour par les terres : deuxième partie de ce road-trip dans le Nord de l'Espagne

Après avoir bien fait le tour de la Galice l’heure du retour de ce road-trip en Espagne du nord sonne. C’est naturellement par les terres qu’on va rentrer. D’autant plus que notre copine Fleur nous rejoint dans quelques jours à Saragosse. Du coup, faut pas trop traîner pour pas louper le rendez-vous.

On planifie vite fait quelques étapes avant de se mettre en route. On passera par Valladolid, Burgos et Saragosse où on doit retrouver Fleur.

Valladolid, histoire de controverse...

Valladolid, c’est la capitale de la région de Castilla y Leon. C’est aussi l’ancienne capitale de l’Espagne et résidence des rois de Castille au XVe siècle. Elle est aussi LA ville universitaire d’Espagne depuis le XIIIe siècle.

Comment ne pas parler de la controverse de Valladolid. Il s’agit d’un débat tenu ici au sujet de la colonisation de l’Amérique et de la domination du peuple amérindien. D’ailleurs, pour ceux qui ne l’ont pas vu, je vous conseille le film.

Cette ville regorge d’églises, il y en a partout, à foison, dans n’importe quelles petites rues. Nous, on s’y balade paisiblement, au détour des ruelles et des passages. Évidemment, on s’arrêtera manger quelques tapas le soir. Et nous retournerons sur notre parking, usine à campings-cars, pour passer la nuit.

Burgos, cathédrale de dingue !

Nous voilà à Burgos. On décide de se poser de ne rien faire ! C’est parti pour la seule nuit au camping de ce road-trip dans le Nord de l’Espagne. On profite de la douche et je bosse un peu sur le blog.

Après une bonne nuit, on va visiter la ville. C’est une étape du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle est divisée en deux parties par le rio Arlenzon, d’un côté la ville moderne et de l’autre la vieille ville. Les deux parties sont reliées par une multitude de ponts.

Le monument principal de Burgos, c’est sa cathédrale gothique Santa Maria, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle est colossale, des flèches de toutes les tailles dentelées comme un napperon, en veux tu en voilà ! Dans celle-ci, repose notamment le corps du Cid.
El arco de Santa Maria, porte de la ville, est aussi impressionnant avec son ouverture en arc de triomphe.
Au détour, il y a aussi le musée de l’évolution humaine, mais nous n’avons pas eu le temps de le visiter. On doit pas louper Fleur qui va nous attendre à Saragosse !

Saragosse, basilique de dingue !

Ca y est, on est à Saragosse et on a retrouvé Fleur ! Évidemment, dès qu’elle arrive, on va se boire une bonne bière au bistrot du coin. Puis on part à la découverte de la capitale de l’Aragon.

On en avait déjà pris plein les mirettes avec la cathédrale de Burgos, mais ça, c’était avant ! Avant la basilique Nuestra Señora del Pilar de Saragosse ! Elle est gigantesque ! Elle ne comporte pas moins de onze coupoles surmontées de quatre tours et d’une dizaine de lanternes. Autant dire que la cathédrale del Salvador, à l’autre bout de la place fait petite à côté.

Bon, trêve de tourisme, on est avec notre copine. Les retrouvailles se font autour de quelques bières et de quelques tapas dans quelques bars. Puis, il nous tarde demain d’aller se balader dans le désert des Bardenas Reales !

Bardenas Reales, un petit air d'Arizona souffle dans le Nord de l'Espagne

On a voulu faire une surprise à Fleur en l’emmenant voir le désert des Bardenas Reales. Pas loin de Tudela dans le Sud-est de la Navarre, on prend sa voiture (qui est la nôtre en fait, la sienne est en panne…).
Demi-tour vers le désert !

Le désert est classé réserve naturelle et s’étend sur une zone aride de 42 000 hectares. On peut le visiter à pied, il y a pas mal de randos à faire, à vélo, là aussi y a plein de chemins pour les amoureux de la bicyclette, en voiture (ou fourgon hein), en moto… Nous, on a choisi la voiture ! Bon, faut dire qu’il doit pas faire loin des 50 degrés et qu’y a pas un pet’ d’ombre dans le coin.

Ça fait penser à l’Arizona. Sauf qu’en plein milieu du désert, il y a une base de l’armée de l’air. Ici, les pilotes s’entraînent à lâcher des bombes, pas des vraies hein, des fumigènes. On aperçoit quelques avions, des vautours aussi, et des gros corbeaux.

On y passera l’après-midi quand même, puis il est temps de retrouver Feliz qu’on a laissé à Saragosse. Disons qu’il se repose de ce road-trip dans le Nord de l’Espagne. Et grâce à park4night, on se dirige vers le barrage de la Sotonera pour passer une nuit tranquille.

Huesca ça grimpe, Alquézar aussi...

Huesca, c’est juste étape petit déj’ pour nous. On monte sur les hauteurs, oui la vieille ville est perchée. On se pose sur la place de la cathédrale et c’est parti, café con leche, tostadas de tomate, on est refait.

On se balade un peu quand même, le temps de découvrir quelques graffitis sympas. Mais l’appel de la caña est insoutenable ! On trouve un bar assez familial, quelques bières et des tapas et on peut aller se promener à Alquézar !

Alquézar, c’est le paradis du canyoning, Pauline y allait petite avec ses parents. C’est aussi un superbe village bien conservé.
On tombe un jour de marché, c’est sympa. On erre dans les rues. On admire la vue sur la Sierra de Guara en buvant une bière, oui, on boit beaucoup de bières, sûrement à cause de la chaleur.
D’ailleurs, il fait tellement chaud qu’on rêve de se baigner. Qu’à cela ne tienne ! Park4night est là ! Sauf que cette fois-ci, on ne trouvera jamais le coin indiqué. Mais heureusement, un autochtone nous repère !

Merci monsieur, votre coin est génial ! On se pose donc à 5 mètres d’une petite rivière, on y passe l’après-midi. Puis c’est l’heure de l’apéro. Chorizo, sobresada, pimientos del padròn et Ricard !

Il est temps de rentrer chez nous

C’est le moment de rentrer de ces deux semaines de road-trip dans le Nord  de l’Espagne.

On va passer par l’Andorre au retour pour faire le plein de clopes et de bibine. D’ailleurs, on en prendra trop. J’ai fait une erreur, faut savoir qu’on ne peut pas cumuler tabac à rouler et cigarettes toutes cousues… Bref, on n’a pas vu la douane donc c’est cool.
Ha oui, on s’est pris 50 € de hors-forfait chacun aussi. L’Andorre n’a pas d’accord avec Free apparemment et c’est super cher. Un truc comme 12 € le Mo, 3 € le texto, ça nous aura coûté cher de pas lire le message de bienvenue dans le pays.

Pour le bilan, la Galice, c’est superbe, c’est sauvage et c’est pas cher, mangez-en ! Le reste aussi, c’est sympa, je pense au désert des Bardenas, aux pics d’Europe qu’on n’a pas vus, à Burgos et Saragosse…

Pauline a son rendez-vous de femme enceinte dans deux ou trois jours. Après, on reprendra la route vers de nouvelles contrées !

Laisser un commentaire

Fermer le menu